C’est sur le Papier que j’Aime Lire


Superposition de livres
© sylvaine thomas – Fotolia

Je ne vais rien vous apprendre si je vous dis que la lecture fait partie de mes disciplines favorites.

On est au 21ème siècle. L’ère numérique. L’ère du E-book.

Aujourd’hui on trouve des ordinateurs partout. Chez nous, dans nos voitures, dans nos poches Je n’ai rien contre cela. Je suis la première à ne pouvoir vivre sans mon ordinateur, mon iPad, mon iPod, mon iPhone… Mais voilà il y a une habitude que je ne suis pas prête d’abandonner de si tôt qui est celle de lire des livres imprimés ! Je n’arrive pas à me faire à l’idée qu’on puisse lire des livres sur ces Kindle ou iPad.

 

La raison ?

D’abord parce que j’aime trop le livre en tant qu’objet. J’aime le toucher, j’aime son odeur, j’aime l’acheter tout neuf, tout beau et j’aime quand on voit qu’il a été lu et relu.

Un livre numérique, à mes yeux, n’a pas la même valeur qu’un livre imprimé.  D’ailleurs, est-ce qu’il vous est déjà arrivé qu’on vous vole un livre ? Il me semble qu’on vous volera plus facilement un kindle qu’un livre de poche. Me faire voler un livre, ça ne m’est jamais arrivé. Mais si ça m’arrivait, quelle serait ma réaction ?

La personne qui vole un livre, ne sera pas la même personne qui volera un livre numérique. Je ne pense pas que le but et l’intérêt soient les mêmes…

Je ne prends vraiment pas le même plaisir à lire sur un écran. J’ai du mal par exemple à apprécier la lecture des textes à rallonge ; si je tombe sur un billet ou un article trop long [à mes yeux], j’abandonne souvent la lecture. Donc lire un bouquin entier…

J’aime aussi aller dans les librairies, flâner entre les piles de livres, les feuilleter. [J’achète très rarement des livres sur le web] J’aime les belles couvertures. J’aime ma bibliothèque et je prends un réel plaisir à regarder mon rayonnage de livres que je n’ai pas encore lus. [J’ai pas mal de livres d’avance, car je ne sors jamais d’une librairie sans acheter un bouquin…]

Pour ceux qui aiment prêter leurs livres, c’est difficile avec un livre numérique non ?! [Bon ce n’est pas mon cas, je n’aime pas prêter mes livres, surtout ceux que j’ai aimés… Il m’arrive de faire quelquefois exception à la règle, mais j’ai du mal. D’ailleurs, Mathilde si tu me lis, tu n’oublieras pas de me rendre mon bouquin ? :-)]

Et puis, on n’est pas à l’abri d’un crash disque non ? [Je ne sais pas vraiment si ça peut être le cas, si vous savez éclairez-moi]  Après tout c’est un ordinateur, que se passe-t-il si ça arrive ? De plus, j’ai un peu parcouru  la boutique iBook sur mon iPad et les livres ne sont pas forcément moins chers, alors qu’ils devraient l’être n’est-ce pas ?

Bon vous avez compris, je n’aime pas ça.

J’y trouve cependant quelques petits avantages.

Si cela avait existé quand j’étais étudiante, j’aurais probablement aimé en avoir un. C’est quand même bien appréciable de faire des recherches sur des mots clés par exemple, de créer des annotations. Et j’aurais moins souvent été confrontée aux ruptures de stock des débuts d’années universitaires.

L’autre avantage que j’y vois concerne les magazines et les journaux. Ce ne sont pas, sauf cas exceptionnels, des documents qu’on garde dans sa bibliothèque. On a plutôt tendance à les jeter dès qu’on les a lus. Donc, dans ce cas c’est  bien utile et ça permet d’épargner quelques arbres.

Je changerai peut-être d’avis un jour, mais ce n’est pas encore d’actualité.

Je suis curieuse de voir comment cela va évoluer. Est-ce que les livres imprimés sont voués à disparaître ?

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Etes-vous plutôt écran ou papier ?

 

Précédent René Galassi : Portrait d'un Artiste
Suivant The Same Procedure as Every Year, James !

12 commentaires

  1. Bonne année Chapitre!! Je te souhaite tout plein de bonheur, d’amour et une bonne santé!

    Ah comme je te comprends!! S’il y a bien un truc inenvisageable pour moi, c’est la lecture de bouquins sur écran.

    Autant je reconnais le côté pratique pour des livres de cours (mais à condition d’avoir aussi la version papier), autant pour la lecture plaisir, c’est non!

    Comme toi, j’aime ma bibliothèque. C’est d’ailleurs la seule chose avec laquelle je sois maniaque : les livres doivent y être classés par auteur puis par titres. Sauf les sagas que je range par ordre chronologique. Pour le reste, je suis une bordélique finie! Ce qui fait halluciner l’Amoureux quand il voit l’état de mon armoire à linge alors que je râle après lui quand il prend un livre et le remet au pif au milieu n’importe où…

    Ça fait plusieurs fois que je le dis, mais il faudrait que je parle lecture chez moi aussi, tiens!

  2. 8 janvier 2012
    Répondre

    J’aime bien les gens comme toi qui autant sont bordéliques autant sont maniaques sur certaines choses. (En fait je suis un peu pareil…)
    Merci d’être passée 🙂

  3. Ça me rassure de savoir que je ne suis pas la seule illuminée 🙂

  4. 9 janvier 2012
    Répondre

    🙂
    Es-tu passée voir mon petit cadeau ?

  5. 17 janvier 2012
    Répondre

    Je suis d’accord avec toi : le livre est un objet, certes, mais un objet avec lequel on entretient un rapport différent, peut-être moins matérialiste.

    Bon, il faut reconnaître un avantage aux liseuses numériques : tu peux partir en vacances avec pléthore de romans… dans un volume dérisoire.

    Ceci étant, j’ai beau être jeune et geek, la lecture, c’est sur papier. Point.

  6. 18 janvier 2012
    Répondre

    Merci à toi d’être passé sur mon blog.
    Perso, quand je pars en vacances je prends avec moi un sac-à-dos de livres 😉

  7. […] privilégier la vente des livres en librairie. Cet article n’est pas sans rappeler mon billet sur ma préférence de lecture qui va vers les livres papier ; je fais allusion au prix des livres […]

  8. […] un certain temps. J’avais un peu honte de la publier… Ben oui, elle est longue… Mais comme je l’ai déjà dit sur ce blog, j’éprouve une certaine addiction pour les livres. Je ne peux pas sortir d’une […]

  9. 30 janvier 2013
    Répondre

    Malgré ma dévotion absolue à la lecture numérique, je comprends ton attachement au toucher et à l’odeur du papier. C’est quelque chose de très personnel et ça joue un rôle important dans le plaisir de la lecture pour beaucoup de personnes. Pour ma part, je suis surtout une adepte du pragmatisme et de la légèreté, c’est pourquoi j’ai opté pour l’encombrement minimal de la liseuse électronique.

    En ce qui concerne le risque de crash informatique ou de vol (car tu as raison, une tablette est bien plus tentante aux yeux d’un voleur qu’un livre de poche !), Amazon Kindle sauvegarde tous les livres achetés sur le compte du client et il est donc possible de restaurer sa bibliothèque numérique sur un nouvel appareil. D’une manière générale, je trouve que les livres numériques de la boutique Kindle coûtent moins cher qu’en format papier (parfois même la moitié du prix normal). Mais ce que je dis là n’est valable que pour la liseuse Kindle d’Amazon, car je ne connais pas du tout les autres liseuses (notamment l’iBook que tu cites dans ton article).

    Je pense que le plaisir de la lecture varie beaucoup selon chaque personne. Pour toi qui aimes flâner dans les librairies, le livre-objet serait difficilement remplaçable. Pour moi, c’est tout le contraire : j’ai toujours “détesté” faire mes achats en boutique et j’aime l’aspect instantané d’un livre qui se télécharge en trente secondes sur ma liseuse.

    Parfois, ça me manque quand même de ne pas pouvoir “feuilleter” réellement un livre, relire un passage au hasard… Mais la liseuse m’a fait découvrir un autre plaisir, celui de “switcher” entre plusieurs romans différents sans avoir à me lever de mon lit ! 😉

    • 3 février 2013
      Répondre

      Merci Cheryl pour ta contribution et merci de m’ avoir éclairée sur ce qui se passe en cas de crash informatique.
      Ton témoignage me fait comprendre que le choix dépend du profil du lecteur. L’essentiel est que le livre papier ne disparaisse pas au profit du livre numérique. Comme je l’ai entendu plus d’une fois, les escalators n’ont pas remplacés les escaliers. Il me reste donc un peu d’espoir 😉

  10. Pareil, le livre, c’est sacré. Le touché, l’odeur du papier, font aussi partie du plaisir de la lecture.
    J’aime flâner dans les librairies et découvrir des ouvrages que je n’aurais pas connu sinon.

    • 25 novembre 2013
      Répondre

      C’est grâce aux gens comme nous que le livre papier subsistera. Du moins je l’espère. D’ailleurs je ne vais pas tarder à faire un sondage via le blog pour connaître les préférences des gens. Juste pour me faire une idée.

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *