Raymond Khoury, Le dernier templier, couverture

Raymond Khoury, Le dernier templier

Voilà un livre que j’ai trouvé sur les étalages de la librairie où j’ai l’habitude d’aller. C’est à cause du titre que je l’ai acheté. J’ai déjà du l’écrire sur ce blog ou pas, mais mes premières amours universitaires se sont portées vers l’Histoire et l’Archéologie, donc le thème du livre m’a tout de suite attirée.

En parlant autour de moi de ce que j’étais en train de lire, j’ai su qu’il aurait été adapté au cinéma… C’est quelque chose que je ne savais pas.

Apparemment ce livre a été un best seller mondial. Encore quelque chose que je ne savais pas. Heureusement ? Etant donné l’effet que me fait un livre à succès ?

Les premières phrases…

“La Terre Sainte est perdue.”
Cette seule pensée tourmentait Martin de Carmaux. Oui la Terre sainte était irrémédiablement perdue et cette prise de conscience lui semblait bien plus terrifiante que les hordes de guerriers qui jaillissaient de la brèche dans le mur.
Le jeune chevalier luttait pour refouler cette sombre réflexion.
Néanmoins, l’heure n’était pas aux lamentations. Il avait encore beaucoup à faire.

L’histoire…

Le Metropolitan Museum de New York expose les trésors du Vatican. Lors de l’inauguration un événement et non des moindres, va déclencher une course poursuite et va entraîner les protagonistes de l’histoire plusieurs siècles en arrière. En effet, lors de l’inauguration de cette exposition, alors que tout se déroulait normalement, quatre cavaliers vêtus de costume de Templiers  surgissent. Ils vont tuer, tout casser sur leur passage. C’est un traumatisme pour toutes les personnes présentes.
C’est Sean Reilly, agent du FBI qui va être chargé de l’enquête. Enquête, durant laquelle il fait la connaissance de Tess, une archéologue qui était sur place au moment de l’irruption des quatre individus. Ensemble ils vont faire d’étranges découvertes, risquant de mettre au jour une vérité dérangeante pour le Vatican.

Mon avis…

C’est un livre que j’ai bien aimé. Plusieurs aspects m’ont plu : le fait que cela se passe autour de l’histoire des Templiers, qu’il y ait un peu d’archéologie, que ce soit un thriller.  C’est un roman qui se lit facilement, dans lequel on est face à de multiples rebondissements. L’auteur nous fait assister à quelques flashbacks, ce qui ma plu. On ne s’ennuie pas et quand on le pose on a qu’une seule envie, c’est de poursuivre la lecture. J’ai aussi apprécié les passages qui permettent de se poser des questions sur la véracité des faits religieux.
C’est un livre dans la lignée du Da Vinci code. C’est vrai, c’est un peu du déjà vu, peut-être un peu trop “américain”. Je le comparerais aux films d’Indiana Jones dont l’histoire est toujours un peu la même mais qui pourtant me plaisent toujours autant à chaque fois. Ce n’est pas de la grande littérature certes. Je ne le mettrais pas dans mes coups de cœur. Mais c’est un bon bouquin qui nous tient en haleine du début à la fin. De l’écriture pour se reposer l’esprit, on peut en avoir besoin parfois.

Quelques mots sur l’auteur…

Raymond Khoury est né en 1960 à Beyrouth. En 1975 il quitte le Liban pour aller vivre aux Etats-Unis. Quelques années plus tard, de retour au Liban il exerce le métier d’architecte. Mais étant donné le conjoncture à ce moment là,  il quitte à nouveau son pays en 1984 pour s’installer à Londres où il commence par travailler dans la finance avant de se lancer dans l’écriture de scénarios pour des séries télévisées. Le dernier templier est son premier roman.


Raymond Khoury, Le dernier templier, Presses de la Cité, Pocket, 2006, 597 pages. ISBN : 978-2-266-17154-0.