Plus le temps passe, plus le club de lecture s’améliore et plus nos débats deviennent intéressants ! Je suis vraiment contente de la tournure que prennent les choses 🙂

La discussion autour du livre de Tracy Chevalier a été encore une fois très intéressante. Nous sommes quasi unanimes à propos de ce livre, nous sommes sept sur neuf à l’avoir apprécié sans pour autant que cela soit un coup de cœur.

Tracy Chevalier, La vierge en bleu

Les premières phrases

Elle s’appelait Isabelle. Enfant, ses cheveux changeaient de couleur en moins de temps qu’il n’en faut à l’oiseau pour appeler son compagnon.Cet été-là, le duc de l’Aigle rapporta de Paris une statue de la Vierge à l’enfant et un pot de peinture destinés à la niche au-dessus du portail de l’église. Le village célébra par une fête l’installation de la statue. Assise au pied d’une échelle, Isabelle regardait Jean Tournier peindre la niche d’un bleu intense, de la couleur d’un ciel vespéral.

L’histoire

Ella vient d’arriver des Etats-Unis avec Rick, son mari, dans le sud-ouest de la France, dans la région de Toulouse. Elle est sage-femme mais ne peut pas encore exercer en France. Ils vivent dans une petite bourgade, mais n’y trouve pas sa place. Elle s’ennuie. Elle décide d’entreprendre des recherches sur ses ancêtres Français avec l’aide de Jean-Paul qu’elle a rencontré à la bibliothèque où il est employé.
Parallèlement à l’histoire d’Ella, nous sommes plongés dans celle d’Isabelle qui vit quatre siècles plus tôt en pleine guerre de Religions. Leurs histoires sont liées et nous le découvrons au fur et à mesure que nous tournons les pages.

Nos avis

Comme je le disais plus haut, la majorité d’entre nous a apprécié ce roman, même s’il ne s’agit pas de grande littérature. L’histoire est bien menée. On remarque tout au long du livre que Tracy Chevalier est bien documentée, en particulier quand elle décrit la région où vit Ella. Sa façon d’écrire nous met dans l’ambiance, elle a choisi un style d’écriture très visuel. Christine s’est régalée et l’a lu très rapidement, tout comme Alain. Plusieurs d’entre nous avons aimé le parallèle entre l’histoire se déroulant au XXème siècle avec celle du XVIème siècle. D’une manière générale c’est un livre que l’on a apprécié même si nous y avons trouvés quelques petits défauts, comme quelques longueurs sur certains passages. Sandrine aurait aimé que l’on passe plus de temps au XVIème siècle et moins de temps sur ce qu’il se passe entre Jean-Paul et Ella, je la rejoins sur ce point de vue là. Personnellement, je suis un peu restée sur ma faim, j’ai trouvé qu’il manque un dénouement à l’histoire.

Frédérique et Nadine l’ont moins bien aimé. Nadine pense que ce roman manque de relief, qu’il manque quelque chose qui ferait que ce serait un très bon livre. Quant à Frédérique, elle s’est ennuyée, mais peut-être parce que c’est un genre d’histoire qu’elle n’apprécie pas plus que ça.

Je lirai d’autres livres de cet auteure et en particulier le fameux “La jeune fille à la perle”.

L’auteure

Tracy Chevalier est née en 1962 aux Etats-Unis. Après avoir fait des études d’anglais, elle part vivre en Angleterre où elle finit par s’installer. Elle y trouve un emploi qu’elle quitte en 1994 et s’inscrit à l’université pour suivre un Master of Arts. La vierge en bleu est son premier roman, écrit en 1997.

Edit du 28/05/2014 : Cette chronique entre dans le cadre du club de lecture que vient de mettre en route Vendredi Lecture


Tracy Chevalier, La vierge en bleu, Folio, Paris 1997. ISBN : 978-2-07-030797-5